Pompes funèbres à Lille | Organisation d'obsèques | Devis obsèques en ligne | Permanence Funéraire 7j/7 - 24h/24 - 03 62 02 03 23

Lieu de repos du défunt : Chambre funéraire, mortuaire ou domicile ?

Lors d’un décès, la famille est libre de choisir le lieu de repos du défunt. Selon, le lieu de décès la famille peut envisager plusieurs options plus ou moins onéreuses. La plus répandue, consiste à demander le rapatriement du défunt en chambre funéraire (également appelée funérarium). Ce type de structure est géré par un établissement privé, le plus souvent une société de pompes funèbres. Cette solution reste néanmoins la plus coûteuse pour les familles. Si le décès a lieu dans un établissement de soins (hôpital, clinique, EHPAD …), vous pouvez demander la conservation du corps en chambre mortuaire (sous réserve que l’établissement en question en possède une). Ce service est le plus souvent gratuit. Enfin, il est encore possible de demander un transfert du défunt à son domicile ou au domicile d’un proche. Dans ce cas, des contraintes supplémentaires liées à la conservation du corps doivent être appliquées (soins de conservation, table froide, climatisation, etc…).

1. Réglementation : Ce qu’il faut savoir

Selon le lieu de décès, plusieurs choix sont possibles :

En cas de décès à l’hôpital


Tout établissement de soins à l’obligation de posséder une chambre mortuaire dans le cas où il enregistre plus de 200 décès par an. C’est le cas par exemple de l’hôpital Victor Provo à Roubaix qui propose aux familles un séjour gratuit en chambre mortuaire jusqu’au jour des obsèques.

En l’absence de chambre mortuaire, la famille peut, à sa charge, décider de rapatrier le corps au funérarium de son choix ou au domicile du défunt.

Bon à savoir : si le transfert du corps est demandé par le directeur, les 3 premiers jours d’hébergement en chambre funéraire sont à la charge de l’établissement de soins.

En cas de décès dans une maison de repos


Si le décès a lieu en EHPAD ou en maison de retraite, la famille peut demander que le corps reste sur place jusqu’au moment de la mise en bière. Il convient néanmoins de se reporter aux uses et coutumes de l’établissement ainsi qu’à son règlement intérieur.

Les maisons de repos ne sont pas tenues de posséder une chambre mortuaire. Néanmoins, certaines d’entre elles proposent ce service gratuitement aux familles. C’est le cas par exemple des Résidences « Les Orchidées » à Villeneuve d’Ascq et Lannoy.

La famille peut aussi envisager un transfert dans le funérarium de son choix.

En cas de décès au domicile


Si le décès à lieu au domicile du défunt, la famille peut soit conserver le corps au domicile, ou demander le rapatriement en chambre funéraire.

À retenir : quelque soit votre décision, rappelez-vous que le transfert du corps à visage découvert doit être réalisé dans les 48 heures qui suivent le décès. Au delà, le transfert se fera obligatoirement en cercueil fermé.

2. Funérarium ou chambre mortuaire ?

Comme nous l’avons évoqué précédemment, le funérarium et la chambre mortuaire désignent des structures différentes.

Le Funérarium


Aujourd’hui, plus de 80% des familles décident de rapatrier le corps en chambre funéraire. Même si le coût de cette prestation est très largement supérieur à celui d’un séjour en chambre mortuaire, cela permet souvent de faciliter le travail de deuil de la famille.

Définition

Le funérarium est une structure privée gérée le plus souvent par une entreprise de pompes funèbres. Il s’agit d’un lieu spécialement conçu pour recevoir les familles et amis qui souhaitent se recueillir auprès du défunt. Ce type de structure est également connu sous d’autres appellations :

  • Chambre funéraire
  • Maison funéraire
  • Salon funéraire etc …

Pourquoi choisir un funérarium ?

On note également de nombreuses différences entre un funérarium et une chambre mortuaire. En terme général, le service proposé n’est pas le même. En voici quelques exemples :

  • Le défunt reste exposé dans un salon funéraire pendant toute la durée de son séjour au funérarium. Contrairement à la chambre mortuaire, où il est nécessaire de prendre rendez-vous.
  • Les locaux et la décoration sont conçus pour apporter un certain confort à la famille (coin détente, distributeur de boissons, etc…).
  • Vous pouvez demander l’admission d’un défunt dans la chambre funéraire de votre choix. La chambre mortuaire est quant à elle réservée au défunt décédé sur place.

Quel est le prix d’un funérarium ?

Le prix d’un funérarium est fixé librement par le pompes funèbres gestionnaire. Il peut soit s’agir d’un tarif à la journée/demi-journée ou d’un forfait valable pour une durée déterminée. À cela, il faut compter le transport du corps avant mise en bière et la présentation du corps du défunt. On arrive donc en moyenne à des tarifs compris entre 600 et 1000€.

La Chambre Mortuaire


Les chambres mortuaires se trouvent dans des établissements de soins (Hôpitaux, cliniques, EHPAD, etc…). Elles sont exclusivement réservées aux personnes décédées sur place. Le séjour en chambre mortuaire est le plus souvent gratuit.

Le corps peut donc rester sur place jusqu’au moment de la mise en bière.

3. Le domicile du défunt comme lieu de repos

Le retour du corps du défunt au domicile demeure encore envisageable. Néanmoins, il convient de respecter certaines conditions afin que le séjour au domicile se passe bien :

  • Si possible, le retour doit se faire dans une maison individuelle en rez-de-chaussée.
  • La pièce qui accueillera le défunt doit être suffisamment grande pour accueillir les personnes qui souhaitent se recueillir.
  • Prévoir également la possibilité d’aérer la pièce si nécessaire ou un système de climatisation.
  • Prodiguer des soins de conservation pour diminuer les risques liées à la présentation du corps dans un milieu non réfrigéré. À ce sujet, le gouvernement entend encadrer la pratique des soins de conservation au domicile. Ce procédé pourrait bientôt être interdit, ce qui impliquerait des coûts « logistiques » supplémentaires pour les familles.

Que faire en cas de décès ?

En plus de l’organisation des funérailles, les familles doivent faire face à de nombreuses formalités et démarches administratives.

À juste titre, il est important de se poser les bonnes questions et de faire le tour des organismes à avertir en cas de décès.

Même s’il reste possible de se faire accompagner par un professionnel, nous vous proposons de retrouver toutes les réponses à vos questions dans notre article consacré au décès d’un proche.

Que faire en cas de décès ?